Fiertés, Dilcrah et Eccar… un juin très chargé !

Signature du Plan d'action de prévention et de lutte contre les discriminations, le racisme, l'antisémitisme, la haine anti-LGBT et pour la promotion du vivre-ensemble, comité directeur de la Coalition des villes contre le racisme (Eccar) et marche des fiertés en conclusion de près d'un mois de festivités, Toulouse a connu en juin trois temps forts pour le respect des droits humains.

Vendredi 7 juin : signature au Capitole du « Plan d'action de prévention et de lutte contre les discriminations, le racisme, l'antisémitisme, la haine anti-LGBT et pour la promotion du vivre-ensemble 2018-2020 », en présence de Frédéric Potier, délégué en charge de la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT (Dilcrah).

Vendredi 7 et samedi 8 juin : après avoir assuré la présidence de l'Eccar de 2009-2014, Toulouse, sous l'égide de la conseillère municipale Nicole Miquel-Belaud, est resté un membre actif en accueillant durant deux jours le Comité directeur. Lancé par l'Unesco en 2004, l'Eccar regroupe environ 150 villes européennes qui échangent sur leurs pratiques dans la lutte contre le racisme. À ce titre, un Plan d'action en matière de lutte contre le racisme de dix engagements a été adopté en 2004.
À l'issue de ces deux jours de travaux, le représentant de Bologne en Italie, Benedetto Zacchiroli, a été réélu président. La prochaine réunion de l'Eccar se déroulera en novembre, à Heidelberg (Allemagne).

Samedi 8 juin :

cette 25ème édition de la marche des fiertés, qui a rassemblé près de 30 000 personnes autour de 20 chars, a conclu un festival des fiertés LGBTQI+ fort de 90 événements, rencontres et débats. Cette édition 2019 a rassemblé pas moins de 53 partenaires associatifs, syndicaux et institutionnels, représentés lors du village associatif du 8 juin. À noter une illumination remarquée : la place du Capitole aux couleurs rainbow. Par ce geste et son soutien au festival, la municipalité a eu cœur « de défendre le caractère pluriel et l'esprit de tolérance qui font la richesse de notre ville rose », a souligné le maire Jean-Luc Moudenc.